Steve Veilleux

Steve Veilleux

Info & médias

L’auteur-compositeur-interprète a traversé un parcours fulgurant. Dès sa tendre enfance, il baigne dans une effervescence de musique. Son père jouait de presque tous les instruments qui se trouvaient au magasin près de chez lui à Drummondville. Piano, accordéon, violon, guitare : son oreille se forge rapidement aux sonorités des mélodies.

 

Déambulant dans le foisonnant milieu musical de Drummondville, Steve Veilleux rencontre une multitude de musiciens et multiplie les spectacles dans les pubs. Dans cette période, il commence à travailler avec le batteur Yannick Blanchette avec qui il fonde Kaïn. Le groupe sortira 4 albums avec les Disques Passeport et deux albums avec l’étiquette Musicor. Avec près de 400 000 albums vendus en carrière, plus de 1000 concerts, plus d’une vingtaine de nominations au Gala de l’Adisq et plus d’un vingtaine de succès radio, le groupe poursuit toujours sa marque dans le paysage du Québec.

En parallèle, Steve Veilleux compose et arrange les pièces d’une chanteuse dont la voix l’a séduit. L’album À l’envers de Marie-Luce Béland découle de cette collaboration.

À travers ce tourbillon incessant d’activités, Steve Veilleux continue, sans arrêt, à composer. Il n’écrit pas toujours les chansons dans le but de les enregistrer. Il en écrit aussi pour lui, pour se faire du bien.

Près de 25 chansons sont mises de côté. Des chansons qui abordent des sujets personnels, qui visitent des coins plus sombres, qui réveillent des fantômes. Des chansons qu’il a laissé mûrir sans les déposer sur les tablettes.

En 2010, il sort de son corps et de son esprit Les souvenirs qui ne meurent jamais, qu’il écoute dans un soupir de soulagement.

Après plusieurs années de vie avec ses comparses de Kaïn, Steve Veilleux fait la rencontre de l’œuvre de Gérald Godin. Il commence alors à dévorer chaque parcelle de son histoire et de son influence sur le Québec. Il décide, sans hésitation, de demander les droits à la succession et de s’attaquer à la mise en chanson de douze Cantouques (comme Godin les appelle lui-même). En 2015, il met donc le chapeau de producteur pour produire « T’en souviens-tu encore, Godin ? » qui verra le jour en mars 2016.

«Dès lors, j’ai beaucoup lu Godin, jusqu’au glossaire de son lexique… Plusieurs de ses poèmes m’ont happé. J’ai alors créé une douzaine de chansons, à partir de ses textes. Des textes percutants, même percussifs. La musique s’y accolait souvent naturellement. Et les combats de Godin, son respect de la classe ouvrière, son cynisme face à l’élite, sa crainte d’oublier d’où il venait qu’il a si bien exprimée dans T’en souviens-tu, Godin… tout ça résonne très fort pour moi. Si avec mes chansons je peux porter ses mots, ses passions et ses revendications au plus grand nombre de gens possible, et peut-être à une toute nouvelle génération, je serai un homme heureux».

 

Vidéos

Déroulez le menu dans le coin supérieur gauche

 

Contact

Gérance et spectacle/ www.r-management.ca
Maison de disque / R-Muzik www.r-management.ca
Relation de presse / http://sixmedia.ca
Promo radio / http://natcorbeil.com

Réseaux Sociaux

Albums