Une première collection de chansons anglophones signée Raphaël Dénommé.

Le EP est maintenant disponible sur tout les plateformes numériques.

Montréal, le 17 janvier 2022 — Les franches Gambling Man et Drunken Hearted Woman auront tracé le chemin. S’échappant des sept titres qui constituent Hard Times and Broken Mind (Vol. 1), ce premier saut sur disque dans la langue de Cohen, l’impression d’un lâcher-prise exaltant. On pose ici l’oreille sur quelque chose de mûr, de senti. Avec ce dernier, Raphaël Dénommé réitère, sans cérémonie, son habileté à transmettre l’émotion. Il la pousse même encore plus loin.

I feel free
I feel free
I can finally breathe
Yeah that good old wind has set me free
From the bottom of my heart
To deep down in my soul
Yeah that good old wind has set me free

Limpide et bien dosé, Hard Times and Broken Mind (Vol. 1) se vit telle une ballade aux rythmes alternants. Un groove communicatif et des instrumentations rutilantes portent la voix souple et vibrante de Raphaël Dénommé qui, à son tour, fait voyager des images fortes par poignées. Soutenu par un entourage all-starAntoine Gratton (réalisation, basse et piano), Max Bellavance (batterie), Richard Boisvert (guitares), Luc Lemire (saxophone), Andy King (trompette), Amélie Lamontagne (violon), Camille Paquette-Roy(violoncelle), Marie-Christine Depestre (chœurs), Sébastien Blais-Montpetit(prise de son et mixage) et Richard Addison (matriçage) — l’auteur-compositeur authentique, interprète doué et showman rassembleur livre ici un harmonieux mélange de blues, de rock, de blue-eyed soul et de folk provenant du sud des États-Unis et qu’on associe, de plus en plus, à son nom.

Fort d’un maxi homonyme (2017), de l’album Bayou Saint-Laurent (2018), du succès des extraits Vampire de l’Est et Promenade d’automne sur les ondes radiophoniques francophones, et de passages sur scène remarqués aux Francouvertes, au FME ou encore en premières parties de Steve Hill et Galaxie, Raphaël Dénommé continue d’insuffler un son bien à lui dans le paysage musical québécois.

Écouter l’album